UBAC Raoul
» S'inscrire à la News Letter
» e-boutique
Raoul Ubac est né à Malmedy (Wallonie) le 31 août 1910 et mort à Dieudonné (Oise) le 24 mars 1985

Entre 1920 et 1928, il fait ses études à Malmedy, parcourt à pied une partie de l'Europe et se rend en 1928 à Paris, où il rencontre le peintre Otto Freundlich. En 1929, un jeune professeur lui fait découvrir le premier Manifeste du surréalisme. De 1930 à 1934, Raoul Ubac noue des contacts avec les surréalistes et fréquente les ateliers de Montparnasse. Il s'inscrit ensuite à l'École d'arts appliqués de Cologne où il travaille le dessin et la photographie. Au cours d'un voyage en Dalmatie, il réalise en 1932 dans l'île de Hvar des « assemblages de pierres trouvées » qu'il dessine et photographie. Il s'éloigne alors de la peinture pour se consacrer à la création de photographies d'esprit surréaliste qu'il expose en 1933 et pour lesquelles il utilise les procédés du brûlage, de la solarisation et de la pétrification.

Ses photographies sont publiées dans la revue Minotaure et André Breton lui commande en 1938 la photographie des mannequins présentés à l'Exposition internationale du surréalisme. En 1940, il dirige avec René Magritte la revue L'invention collective. Il vit entre Paris et Bruxelles où il fait, en 1941, sa dernière exposition de photographies qui fut rapidement fermée sur ordre des occupants. Par l'entremise de Jean Lescure, il rencontre Paul Éluard, Raymond Queneau et André Frénaud, ce dernier ne cessera d'accompagner son œuvre, écrivant pour lui des textes et poèmes. Il abandonne la photographie en 1945.

La guerre l'éloigne du surréalisme : il commence dès 1939 de dessiner à la plume « les objets les plus simples », verres et flacons, fruits et pains, ciseaux ou couteaux posés sur une table. Jean Lescure lui fait connaître Bazaine et ses amis non figuratifs, leurs recherches sur les formes et les couleurs l'aident, dit-il, « à faire l'effort d'aborder ces problèmes sans passer par les phantasmes » dont il avait été tributaire. Raoul Ubac aborde à nouveau la peinture.

À partir de 1951, la galerie Maeght expose régulièrement ses gouaches et ses toiles, les expositions sont accompagnées d'ouvrages préfacés par André Frénaud, Georges Limbour, Claude Esteban ou Yves Bonnefoy.

Ubac ne cesse simultanément de graver des ardoises qui deviennent à mesure des reliefs et dont il introduit en 1955 des fragments dans ses tableaux. Dans les années 1960, ses peintures sur panneaux recouverts de résines amalgamées, réalisent une synthèse et un épanouissement, autour des thèmes des Labours et des Sillons, des Corps et des Torses, du double travail qu'il pousuivra jusqu'à sa mort en 1985.

Raoul Ubac a réalisé en ardoise plusieurs reliefs, haut-reliefs et décors muraux pour des édifices publics et privés. On lui doit également le vitrail pour l'église de Varengeville-sur-Mer, en 1961 (en collaboration avec Georges Braque) et, en 1964, un grand vitrail pour la chapelle de la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence dont il réalise également le chemin de croix. Il a illustré de ses dessins, gravures et lithographies de nombreux livres édités par Maeght sur des textes d'André Frénaud, Yves Bonnefoy, Christian Dotremont, Lucien Scheler ou Claude Esteban. Il est aussi l'auteur de la couverture de la revue Argile publiée chez Maeght de 1973 à 1981.

Des œuvres d'Ubac sont présentées dans de nombreux musées de France et d'Europe. En 1980, les Postes françaises ont émis un timbre reproduisant l'un de ses tableaux. Les œuvres d'Ubac font partie de l'exposition L'envolée lyrique, Paris 1945-1956, présentée au musée du Luxembourg (Sénat), en avril-août 2006.
  • Pour recevoir les informations sur les expositions, évènements et vernissages Maeght, inscrivez-vous à notre news-letter par le lien ci-contre.
 mentions légales | newsletter